Takamakura - A propos des écorces de Verre

Les contours de ces écorces de verres sont inspirés des « Takamakura », sortes de petits billots de bois couverts d’un rouleau de tissu, qui supportaient, en guise d’oreiller, la nuque des « Geishas » et leurs somptueuses coiffures.                     

Pour ces créations, une attention particulière a été accordée à la pureté, à la simplicité des matériaux et des lignes, au détail du trait, des formes dépouillées.

Il s’agit d’objets à l’architecture minimale faits pour être vus et pour être touchés afin d’appréhender toutes les oppositions de textures.             

Ces réalisations, comme « en apesanteurs », volontairement très structurées, se jouent de l’équilibre. Elles sont l’évocation d’un mouvement éphémère figé, d’un souffle, l’évocation d’une eau gelée, d’un courant arrêté, d’une écorce prise dans une gangue froide. Elles sont l’évocation d’un monde minéral, végétal et contiennent cette notion d’hybridité conférée par des contraires qui se complètent. Le froissé transparent du verre se confronte au lisse opaque du métal ; l’apparence glacée, au cuivré chaud de la  rouille ; l’évanescent équilibre, à la solidité racinaire du socle lourd…