Introduction à l'exposition "Éloge de la Fragilité": Magda Colloredo Bertrand, Vice-présidente au Patrimoine et au Tourisme, à Valence Romans Sud Rhône-Alpes - Adjointe à la Culture, à Romans-sur-Isère

Curieuse idée que celle de faire l’éloge de la fragilité humaine !
La fragilité renvoie irrémédiablement à la faiblesse et à la vulnérabilité. Valeur vague et peu en vogue, il fallait être bien inspiré pour oser en faire le thème d’une exposition.

En travaillant un matériau intrinsèquement fragile, l’artiste révèle en fait la puissance de la matière. 
Sous les doigts de Véronique Ognar le verre ne brise pas, il se tord, se déforme et fait montre de sa résilience comme l’Homme face aux épreuves d’une vie.
Ne pas céder mais s’adapter telle est l’interprétation qui ressort du formidable travail de l’artiste.

Avec une infinie poésie, Véronique Ognar fait surgir une force domptée, maîtrisée, apprivoisée qui témoigne de la capacité de l’Humanité à transformer le monde.
D’un verre cassant, elle en fait un verre mouvant. D’un matériau rigide, elle en fait des arabesques de transparence.
 
Métaphore subtile d’une humanité prête à affronter les épreuves et à transformer la réalité en transcendant les difficultés, les créations de l’artiste réinterprètent le mythe classique d’Eros et Thanatos.
Dans une danse infernale l’Amour et la Mort, la Fragilité et la Force, l’Ombre et la Lumière s’affrontent pour mieux s’embrasser.
C’est un message d’espoir que nous transmet Véronique à travers ses œuvres. L’espoir d’une vie absolue qui surgit du néant. L’espoir d’une fatalité qui s’estompe à mesure que s’affirme la volonté.

Cette fragilité humaine qu’évoque l’artiste est en fait la révélation du sens premier de l’existence.
L’être au monde nu, dégagé de tout préjugé. La transparence du verre, l’épuration des formes, les volutes envoûtantes évoquent l’innocence de l’Homme dans ses premiers rapports au monde.

Véronique Ognar réconcilie les paradoxes en parvenant à faire voir la transparence.
Elle donne un contenu à ce qui n’en a pas. Elle donne de la force à la fragilité, de l’épaisseur à la transparence, du mouvement à ce qui est figé.
Son travail s’érige comme un rempart illusoire à l’ultime fragilité de l’humanité, celle qui emportera chacun de nous vers le néant ou vers l’espoir d’une renaissance.

Ces œuvres ont la même fragilité qu’une vie et pourtant elles déversent un torrent de certitudes sur nos existences. 
Toutes ses créations sont autant de passerelles vers l’universel et l’absolu.
Il n’est pas de fragilité humaine, non plus que de vulnérabilité. Il est l’espérance humaine.
Celle qui permet de dompter la matière, celle qui réconcilie les contraires, celle qui transcende la faiblesse, celle qui magnifie le mystère du sens de la vie.
   

Magda COLLOREDO BERTRAND
Vice-présidente au Patrimoine et au Tourisme, à Valence Romans Sud  Rhône
Adjointe à la Culture, à Romans-sur-Isère