Installation "Sur la Terre comme au Ciel"... comme au ciel et aussi sur la terre (Évangile selon St Matthieu 6-10)

« Sur la Terre Comme au Ciel »
Comme au ciel aussi sur terre … (Evangile selon St Mattieu 6-10) 

 

Cette œuvre contient  la demande pressante qu’il y ait quelque part un ailleurs…

On retrouve dans cette installation tous les thèmes explorés dans l’ensemble de mon travail, le cristal du verre, la menace sous entendue d’un orage, l’évocation de la nature tour à tour clémente ou hostile et celle de l’homme fragile, vulnérable et paradoxalement endurant qui ne rêve que de s’affranchir du néant.  

L’œuvre met en avant l’antagonisme du ciel et de la terre… ici tout s’inverse. Ce ciel installé à terre n’est plus à sa place, il n’est plus inatteignable, insondable, hors de portée… Dans cette petite Chapelle, le ciel s’abaisse et s’offre à nous, il n’est plus là où nous ne sommes pas.

Des nuages de verre, déchus, posés au sol, plongent le visiteur au cœur d’un questionnement sur la finitude de l’homme, sa vulnérabilité. Deux éclairs de néons, rappel d’un  premier feu offert par une première foudre, promesse de chaleur, de savoir, de sortie des ténèbres…pulsent leur lumière bleutée et ponctuent la fragilité des nuages,  parallèle avec la fragilité humaine.

Aux  nuages de verre, suspendus à la voute de la Chapelle, sont opposés des branchages légers et noircis, flottants entre réel et imaginaire, sur lesquels sont posées des fleurs de verre, évocation de l’origine de la vie sur terre. Deux ou trois fleurs de verre bleu, mouvement éphémère figé, comme un écho aux éclairs des néons, au vitrail qui jouxte l’œuvre… piquettent leur couleur en petites tâches… lien entre le sol et l’éther.  Elles sont la lumière dans le chaos.

Les branches au ciel, les nuages au sol… évoquent une perte de repères, il n’y a plus de haut, plus de bas…L’Univers n’est plus en mouvement, la terre a cessé sa rotation nous plaçant dans un état entre tangible et imperceptible, entre concret et vain, entre ombre et lumière, entre terre et paradis… entre la vie et la mort.

Le Ciel et la Terre ne formant plus qu’un…

 

Véronique OGNAR