Djénane BOYER-CHATENET Exposition "Éloge de la Fragilité" Musée de Romans

Fragilité…

"Fragilité, ton nom est femme" fait dire Shakespeare à Hamlet.

Véronique Ognar, elle, semble faire mentir le personnage shakespearien.

On l'a vue, abasourdie, lorsque son corps s’est refusé au travail du vitrail. 

On l’a vue, défaite quand son atelier réduit en cendres n'était plus qu'un champ de ruines.

Mais il ne lui a pas fallu longtemps pour resurgir, pour renaître. TELLE le PHENIX.

Quelle était son urgence?

Créer à nouveau et se remettre dans la recherche du toujours mieux dans l'exercice de son art.

Quel est le moteur de l’artiste si ce n'est dépasser les apparences, dévoiler le monde et permettre au commun des mortels d'accéder à la vérité universelle?

Et là Shakespeare a raison.

Car l'œuvre de Véronique, c’est l’expression de sa fragilité, de NOTRE  fragilité, de la fragilité du monde.

Son univers artistique, c’est d'ouvrir l'œil de celui qui regarde, à la fugacité du temps, à la destruction inexorable, à la vanité des choses.

Comment? C'est le sortilège de l’artiste, c’est son pouvoir.

Les fils arachnéens du verre, la noirceur du bois brûlé, petit format ou format immense sont les moyens d’expression de Véronique pour enchanter notre monde.

Et Véronique se promène avec aisance, entre lourd et léger, entre noir et transparence.

Véronique donne raison finalement à Hamlet qui déplore la fragilité tout en en faisant sa marque et sa force.                                                                                                                                                               

 

Djénane BOYER-CHATENET